(navigation image)
Home American Libraries | Canadian Libraries | Universal Library | Community Texts | Project Gutenberg | Children's Library | Biodiversity Heritage Library | Additional Collections
Search: Advanced Search
Anonymous User (login or join us)
Upload
See other formats

Full text of "Alimentation et soin des jeunes veaux de remplacement et de boucherie."

■ -fr a Agriculture 



Canada 

Direction générale Research 
de la recherche Branch 

Bulletin technique 1988-8F 



Alimentation et soin des jeunes 
veaux de remplacement 
et de boucherie 



CODE 



AGRICULTURE CANADA 

88/10/05 NO. 



C b 

LIBRARY/BIBLIOTHEQUE OTTAWA KlA 




/%• 



Canada 



Digitized by the Internet Archive 
in 2013 



http://archive.org/details/alimentationetso19888cana 



Alimentation et soin des jeunes 
veaux de remplacement 
et de boucherie 



KJ. JENKINS 

Centre de recherches zootechniques 

Ottawa (Ontario) 

Bulletin technique 1988-8F 

Contribution n° 88-23 du Centre de recherches zootechniques 



Direction générale de la recherche 
Agriculture Canada 

1988 



four obtenu des exemplaires de cette publication s'adresser au 

D ire ct e ur 

Centre de re ch erc h es Bootechnkjues 

Directioo générale de b recherche, Agriculture Canada 

Ottawa (Ontario) 

Kl \ IK (i 



rVoductk» du Service aux programmes de recherche 

Ministre des Approvisionnements el Services Canada 1988 
v de cal \">t-s 1988-8F 
ISBN: 0-662-95050-X 



Also available in Knglish under the title Feeding and care of young replacement and veal calves 

Cette publication a été traduite en français par le Service de traduction de l'Agriculture Canada. 

couverture 

Les points sur la carte indiquent les établissements de recherche d'Agriculture Canada. 



(i) 

PRÉFACE 



Chez les producteurs laitiers, l'alimentation et la conduite des veaux et 
des jeunes bovins laitiers est une source de préoccupation constante. Des 
nombreuses demandes de renseignements qui nous parviennent , il ressort 
clairement que les éleveurs s'intéressent plus particulièrement aux problèmes 
qui surgissent au cours du stade préruminant. Cette situation s'explique 
probablement par le fait que, d'une part, le taux de mortalité est maximal 
chez les veaux âgés de moins de 6 semaines et que, d'autre part, les problèmes 
d'élevage les plus délicats ont trait à ces jeunes animaux. 

La présente publication traite précisément du stade préruminant chez les 
bovins laitiers. Elle complète la publication 1432 d'Agriculture Canada, qui 
décrit de façon générale les pratiques d'alimentation et la conduite des 
génisses jusqu'à la première lactation. 

Le D r Ken Jenkins, spécialiste des veaux au Centre de recherches 
zootechniques, poursuit ses travaux depuis plus de 15 ans. Dans cette 
publication, il répond aux questions que se posent le plus souvent les 
producteurs laitiers. Il décrit en détail le vêlage, les soins à apporter aux 
veaux nouveau-nés, le logement et les conditions environnementales, la 
physiologie de la digestion, les divers régimes alimentaires, les méthodes 
d'alimentation et de sevrage ainsi que divers systèmes de production. 

Nous espérons que cette publication pourra aider les producteurs laitiers 
à réduire la mortalité chez les veaux et à améliorer la rentabilité de leur 
exploitation. 



juin 1988 Le directeur, 

Centre de recherches 
zootechniques, 



E.E. Lister 
Ottawa (Ontario) 
K1A 0C6 



(ii) 

TABLE DES MATIÈRES 

Page 

PRÉFACE i 

TABLE DES MATIÈRES il 

RÉSUMÉ/SUMMARÏ iv 

INTRODUCTION 1 

SOIN ET ALIMENTATION DES VACHES EN GESTATION 1 

VELAGE ET VEAU NOUVEAU- NÉ 2 

ALIMENTATION DU VEAU NOUVEAU-NÉ 3 

CONDUITE ET ALIMENTATION JUSQU ' AU SEVRAGE 4 

Assurer au veau un bon départ 4 

Logement/environnement 4 

Méthodes d'alimentation 8 

Vache nourrice 8 

Entraînement de veau à boire 8 

Seaux 9 

Modalités de l'alimentation 9 

Fonction digestive chez le veau 9 

Rat ionnement 10 

Aliments lactés 11 

Lait entier 11 

Colostrum acidifié 12 

Aliments d'allaitement 13 

Décornage 14 

Ablation des trayons surnuméraires 14 

Identification 15 

SEVRAGE 15 

Méthodes 15 

Aliments de démarrage 16 

MALADIES ET PARASITES COURANTS 17 

Diarrhées 17 

Coccidiose 17 

Pneumon ie 18 

Teigne annulaire 18 

Endoparasites 18 

Ectoparasites et organismes nuisibles 19 

PRODUCTION DE VEAUX DE BOUCHERIE 19 

Introduction 19 

Veaux de lait 20 

Veaux nourris aux aliments concentrés (veaux lourds) 22 



(iii) 



REMERCIEMENTS 



L'auteur tient à remercier le D r D.M. viera et le D r M. Hidiroglou, du 
Centre de recherches zootechniques, ainsi que le D r L. Drevjany, M. B.B. Murray 
et M. J. Rodenburg, du ministère de l'Agriculture et de l'Alimentation de la 
province de l'Ontario, pour leurs observations et leurs précieux conseils. Les 
photos des figures 3a et 6 ont été fournies par le D r Drevjany. 



AVERTISSEMENT 



La mention d'une marque de commerce, d'un produit breveté ou d'un appareillage 
particulier n'implique pas une recommandation à la défaveur d'autres produits ou 
d'autres dispositifs appropriés. 



(iv) 

RÉSUMÉ 



La mortalité chez les veaux peut facilement être évitée grâce à une 
conduite et à une alimentation appropriée. Pour obtenir des veaux en bonne 
santé, il faut avant tout fournir aux vaches en gestation un régime 
alimentaire et des soins appropriés, particulièrement pendant les deux 
derniers mois qui précèdent le vêlage, au cours desquels la croissance du 
foetus est maximale. 

La conduite du veau pendant les 24 premières heures qui suivent le vêlage 
est tout aussi déterminante pour la santé future du nouveau- né que les étapes 
ultérieures d'élevage. Pour le vêlage, il faut installer la vache dans un 
endroit propre et dépourvu de courants d'air et se tenir prêt à intervenir si 
le vêlage est difficile. Après la naissance, désinfecter l'ombilic du 
nouveau- né et voir à ce qu'il consomme du colostrum rapidement. Par la suite, 
une bonne partie des problèmes peuvent être évités en logeant les veaux 
séparément dans un endroit propre et dépourvu de courants d'air qui facilite 
l'alimentation ainsi que la détection et le traitement rapides des maladies. 
Les stalles et les cases amovibles donnent toutes deux de bons résultats. Les 
veaux achetés peuvent être élevés sans problèmes s'ils ont reçu de bons soins 
post- natals, ce qui est souvent difficile à déterminer. 

Le lait entier, les aliments d'allaitement de qualité supérieure et les 
surplus de colostrum constituent tous d'excellents aliments. Les veaux 
réagissent bien à une alimentation régulière, c'est-à-dire uniforme au point 
de vue de la qualité, de la température et de la quantité d'aliments 
distribuée. En évitant la sous- alimentation et la suralimentation, et en 
maintenant de bonnes conditions de salubrité et une ventilation suffisante, on 
peut réduire le plus possible la fréquence de la diarrhée et de la pneumonie, 
qui sont les causes principales de mortalité chez le veau. 

On peut sevrer la plupart des veaux à l'âge de 4 ou 5 semaines en leur 
fournissant des aliments de démarrage de qualité supérieure et en limitant la 
quantité d'aliments lactés. Le sevrage précoce permet de réduire les coûts et 
le travail liés à l'alimentation des animaux, tout en éliminant certains 
troubles digestifs qui apparaissent plus fréquemment avec la consommation 
d'aliments lactés. 

Les veaux mâles excédentaires peuvent être utilisés pour la production de 
deux types de viande, soit le veau blanc, produit à partir d'animaux nourris 
uniquement aux aliments lactés, et le veau lourd (veau rose), produit à partir 
d'animaux nourris au grain du sevrage jusqu'à l'obtention du poids de marché. 
La production de veau blanc de première qualité est coûteuse, complexe, et 
exige une habileté et une expérience considérables. 



(V) 



Un grand nombre de producteurs se sont tournés vers la production de veau 
lourd, qu'ils jugent plus économique. De fait, la production de veau lourd 
n'exige pas un investissement initial important. En outre, on obtient 
facilement un indice de consommation satisfaisant, et le produit fini peut 
généralement être vendu à un prix intéressant. 



SUMMARY 



Most calf losses can easily be avoided by good feeding and management 
practices. Keeping calves alive and healthy starts with proper nutrition and 
care of the dam and this is particularly important during the last two months of 
gestation when fetal growth is most rapid. 

Management of the calf during the first 24 hours of life influences the 
future health of the calf as much as any other aspect of calf management. 
Important factors include a clean, draft-free environment for calving, prompt 
assistance in delivery if necessary, umbilical disinfection and early 
administration of colostrum. Many subsequent problems can be avoided by 
isolating each calf in dry, clean, draft-free housing where adequate nutrition 
can be ensured and diseases detected and treated early. Both pens and hutches 
can be used successfully. Purchased calves can be raised satisfactorily if they 
have received good postnatal care, but frequently this is difficult to determine. 

Whole milk, high quality milk replacer and surplus colostrum are excellent 
feeds. Calves respond well to regularity of feeding - where there is uniformity 
of quality, temperature and quantity of feed. Avoiding underfeeding and 
overfeeding, and ensuring good sanitation and ventilation conditions, will go 
far to minimize scours and pneumonia, the major causes of calf losses. 

Most calves can be weaned at 4 to 5 weeks of age by providing a good quality 
calf starter and limiting the amount of the liquid diet. Early weaning has the 
advantages of reducing feed costs and labor, as well as avoiding some of the 
digestive upsets that are more common with liquid diets. 

Surplus male calves can be utilized for two types of veal production - white 
veal, where only liquid diets are fed, and heavy (pink) veal, where calves are 
fed a grain ration from weaning to market weight. Producing prime white veal is 
a costly, sophisticated operation requiring considerable skill and experience. 

Many producers have found heavy veal to be a more economic alternative. A 
heavy veal enterprise requires a relatively low initial investment. A good feed 
conversion is readily obtained and favorable prices are usually achieved for the 
finished product. 



- 1 - 



INTRODUCTION 



L'élevage des veaux est l'un des aspects les plus importants de la 
production laitière, mais aussi l'un des plus négligés. Or, le remplacement 
des génisses a des répercussions considérables sur la production et la 
rentabilité futures du cheptel. La production de viande de veau et de boeuf 
laitier d'une exploitation dépend elle aussi de l'efficacité des méthodes 
d'élevage. 

Comme dans toutes les autres activités de l'exploitation laitière, la 
gestion joue un rôle clé dans l'élevage des veaux. Une bonne gestion s'amorce 
avant même la naissance du veau. En effect, il faut veiller à ce que la vache 
reçoive une alimentation appropriée durant la gestation et qu'elle soit en 
bonne santé au moment du vêlage. Le rendement et la survie des jeunes veaux 
dépendent largement du logement et de l'alimentation fournis dès la 
naissance. La mortalité survient principalement au cours des premières 
semaines, pendant lesquelles les veaux sont plus sensibles au stress et à la 
maladie. Pendant cette période, l'expérience et l'attitude de l'éleveur sont 
d'une importance capitale. 

Actuellement, on trouve une grande variété de programmes de conduite et 
d'alimentation dans les diverses fermes laitières. Cependant, dans la 
majorité d'entre elles, les veaux reçoivent des aliments d'allaitement, du 
lactosérum ou une quantité limitée de lait entier. Puis, lorsqu'ils ont 
atteint l'âge de 5 à 8 semaines, les veaux sont sevrés et nourris aux aliments 
secs. Les régimes au colostrum fermenté se sont répandus dans certaines 
parties du Canada. D'autres régimes consistent à donner aux veaux un seul 
repas par jour et à leur fournir des aliments d'allaitement acidifiés, mais 
ces pratiques sont plus rares. 

Le présent bulletin décrit les méthodes de conduite et d'alimentation qui, 
appliquées avec patience et avec soin, assureront le succès de l'élevage des 
veaux jusqu'au moment du sevrage. Une courte partie traite de la production 
de veaux de boucheries. 

SOIN ET ALIMENTATION DES VACHES EN GESTATION 



La première règle à observer pour obtenir des veaux bien portants est de 
fournir aux vaches en gestation une alimentation appropriée, particulièrement 
au cours de la période de tarissement. Une alimentation déficiente avant le 
vêlage produira des veaux faibles, de petite taille, dont la croissance sera 
plus lente et le taux de mortalité plus élevé. 

Il est important d'accorder aux vaches laitières une période de repos de 6 
à 8 semaines avant la nouvelle lactation. Il peut être nécessaire d'augmenter 
l'apport calorique chez les vaches plus maigres. Après le tarissement, il 
faut nourrir la vache de manière qu'elle maintienne son poids et ses réserves 



- 2 - 







Figure 1. Un veau fort et bien portant. 



minérales, ce qui favorise le développement du foetus, 
éviter la suralimentation. 



Il faut cependant 



La vache gestante doit donc recevoir un régime alimentaire équilibré 
comprenant un choix de fourrages de qualité et un supplément minéral. Il faut 
ajouter de la vitamine A à la ration si les fourrages ont été entreposés. 



VELAGE ET VEAU NOUVEAU-NÉ 



Quelques jours avant le vêlage, placer la vache dans une stalle propre 
munie d'une bonne litière ou dans un enclos près de l'étable où elle pourra 
être surveillée. Habituellement, la vache met bas sans problème, mais 
l'éleveur doit tout de même se tenir prêt à intervenir ou à appeler le 
vétérinaire au besoin. Le foetus se présente normalement avec la tête entre 
les membres antérieurs. L'engagement par les pattes postérieures constitue 
aussi une présentation normale, mais le vêlage est alors plus difficile. Un 



- 3 - 



principe général à suivre est d'appeler le vétérinaire si le travail dure 
depuis 2 ou 3 heures dans le cas d'une vache adulte (ou 4 heures dans celui 
d'une génisse) sans que le veau ait été expulsé ou que le vêlage ait semblé 
progresser. Après le vêlage, laisser la vache lécher le veau, lui faire boire 
de l'eau et la garder au chaud. Par la suite, observer la vache chaque jour 
pendant plusieurs semaines afin de détecter rapidement tout symptôme de 
cétose, par exemple la perte de l'appétit, l'odeur sucré de l'haleine et du 
lait, et un comportement nerveux. Si le placenta n'a pas été expulsé 2 jours 
après le vêlage, appeler le vétérinaire. 

Le plus tôt possible après la naissance du veau, désinfecter l'ombilic 
avec une solution d'iode. Administrer une préparation injectable du commerce 
contenant des vitamines A, D et E. Un veau vigoureux cherche à se lever au 
bout de 15 minutes et s'allaite généralement une heure après la naissance. 
Les veaux plus faibles sont parfois incapables de s'allaiter seuls; il faut 
alors les aider, au moins pendant les premières heures. On peut laisser le 
veau avec sa mère pendant 2 ou 3 jours, et traire la vache pour soutirer le 
surplus de lait produit, mais il est préférable de les séparer après une 
période de 12 à 18 heures. À cet âge, il est beaucoup plus facile de montrer 
au veau à boire seul et une séparation hâtive réduit les risques d'infection 
chez le veau. Placer le veau dans une stalle propre et sèche, bien éclairée 
et ventilée, débarrassée de tout parasite. 

ALIMENTATION DU VEAU NOUVEAU-NÉ 



Il est important que le veau nouveau-né reçoive du colostrum, le premier 
lait produit par la mère. Le colostrum est à plusieurs égards un aliment 
essentiel à la survie du veau. Il est riche en calories et constitue une 
solution concentrée de protéines, de vitamines et de minéraux. Plus important 
encore, le colostrum contient des anticorps permettant de résister à la 
maladie. La mère ne transmet pas au foetus une grande immunité active, mais 
le colostrum confère au nouveau-né une immunité passive contre la maladie. 

Idéalement, le veau doit recevoir 2 litres de colostrum dans les 2 heures 
suivant la naissance, période pendant laquelle il absorbe plus efficacement 
les anticorps. Il doit recevoir une deuxième fois du colostrum dans les 
12 heures suivantes pour obtenir une meilleure immunisation. Il continue 
ensuite à recevoir du colostrum deux fois par jour (3 % du poids corporel par 
repas) jusqu'à l'âge de 3 jours. Les vaches très productives donnent un 
surplus de colostrum qui peut être congelé ou conservé sous forme de colostrum 
fermenté pour être utilisé plus longtemps ou encore, pour immuniser des veaux 
achetés (il faut alors le diluer avec de l'eau à raison de 3 parties de 
colostrum pour une partie d'eau). 



4 - 




Figure 2. La consommation de colostrum est d'une importance vitale pour le 
veau. 



CONDUITE ET ALIMENTATION JUSQU'AU SEVRAGE 



Assurer au veau un bon départ 

De bonnes conditions d'hygiène, un environnement et un régime alimentaire 
appropriés sont les conditions essentielles à l'obtention de veaux en bonne 
santé. Il est particulièrement important de respecter ces conditions pour le 
veau nouveau-né, gui est très sensible aux troubles digestifs, aux infections 
des voies intestinales et respiratoires et aux stress environnementaux. Une 
bonne conduite globale dès la naissance du veau peut permettre de maîtriser 
les facteurs gui prédisposent à la maladie et de réduire au minimum 
l'administration de médicaments. 



Logement /environnement 



Après l'étape de l'alimentation au colostrum, les nouveau- nés doivent être 
transférés dans un bâtiment séparé spécialement conçu pour l'élevage des 



- 5 




Figure 3. Stalles individuelles surélevées. 



veaux. Idéalement, l'étable sera bien ventilée, sans courant d'air et sans 
grandes fluctuations de température. L'accès sera restreint de manière à 
réduire au minimum l'introduction de maladies. 

Jusqu'au sevrage, le rendement est généralement supérieur si les animaux 
sont élevés individuellement plutôt qu'en groupe. Cette méthode assure une 
meilleure surveillance des animaux et diminue les risques de propagation de 
maladies. En outre, ultérieurement, le sevrage peut être pratiqué 
individuellement, en fonction de la consommation d'aliments de démarrage. 



La plupart des producteurs laitiers préfèrent élever les veaux dans des 
stalles munies d'une litière. Cependant, les stalles surélevées (60 x 150 cm) 
peuvent également être utilisées et offrent l'avantage de réduire l'espace 
requis par animal tout en facilitant la distribution des aliments et le 
nettoyage. Généralement, les parois des stalles surélevées sont faites de 
panneaux de contre-plaqué et le sol est recouvert d'un caillebotis ou de métal 
déployé. Un tapis de caoutchouc, placé à l'avant des stalles à plancher 
métallique, aide à prévenir l'endolorissement et l'enflement des genoux. 



- 6 - 



La détermination des meilleures conditions environnementales pour 
l'élevage des veaux soulève de nombreuses controverses. Cependant, il est 
établi qu'en hiver, une plage de température de 5 à 21 °C est satisfaisante. 
On recommande généralement une température minimale de 21 °C pendant les deux 
premières semaines et une température minimale de 15 °C en hiver dans les 
stalles munies de plancher à claire-voie ou à treillis. On peut suspendre une 
lampe infrarouge au-dessus de la stalle d'un jeune veau pour en augmenter la 
température. L'humidité relative doit varier entre 50 et 70 %. Une faible 
humidité tend à assécher les voies respiratoires et à augmenter la sensibilité 
aux infections. Dans des conditions très humides, on doit augmenter la 
température des stalles et veiller à l'absence de courants d'air. Le débit de 
ventilation doit être de 0,40 m^/min par veau en hiver, de 0,91 m^/min par 
temps doux, et de 3,40 m 3 /min par temps chauds. 

Pendant les 2 ou 3 premières semaines, il est recommandé de prendre la 
température du veau chaque jour. Cette pratique permet souvent de détecter 
très tôt tout problème de santé. Pour éviter que le thermomètre ne tombe sur 
le sol pendant la prise de la température, on peut l'attacher à une corde que 
l'on fixe à la queue de l'animal avec une pince à linge. 

On peut aussi élever les veaux à l'extérieur dans des cases amovibles 
individuelles. La croissance et l'état de santé des veaux élevés dans des 
cases est généralement très bon, même à de basses températures en hiver. En 
fait, les casses constituent un meilleur environnement pour les veaux qu'un 
espace improvisé dans l'étable des bovins adultes ou même qu'une étable 
réservée aux veaux, mais impropre à leur élevage à cause des courants d'air, 
des fluctuations de température et des mauvaises conditions d'hygiène. 

Les cases amovibles constituent un mode économique de logement et 
permettent souvent de réduire efficacement la mortalité liée à des maladies 
graves et survenant de façon répétée. Le principal inconvénient des cases est 
la difficulté de nourrir les veaux à l'extérieur en hiver, par temps 
rigoureux. Par ailleurs, le logement en case peut être difficile à supporter 
pour les veaux dans les régions où l'hiver apporte des vagues de froid intense 
et des tempêtes qui durent longtemps. 

Dans les régions où les températures hivernales ne descendent pas beaucoup 
au-dessous du point de congélation, les veaux peuvent sans danger être logés 
dans des cases après avoir reçu du colostrum pendent 3 jours. Les aliments 
lactés doivent être à la température du corps et il faut donner de l'eau tiède 
une fois par jour, entre les repas. Des aliments de démarrage frais doivent 
être fournis en tout temps. Au moment du sevrage, les veaux sont transférés à 
l'intérieur, dans des loges collectives. 

Les cases doivent être suffisamment grandes et bien construites. Leur 
emplacement est un autre aspect important. Elles doivent reposer sur un sol 
bien drainé, et la porte doit être orientée vers le sud. L'expérience dictera 
les meilleurs endroits pour éviter les problèmes d'accumulation de neige. 
Laisser un espace suffisant entre les cases pour pouvoir les déplacer sur un 
emplacement propre avant d'introduire de nouveaux sujets. La paille constitue 



- 7 - 




Iél— jt 1 -Mm » ^ "^ ****«»* 



*•■■ 







Figure 4. Les cases amovibles constituent un mode économique de logement 



8 - 




Figure 5. Veau apprenant 
à boire d'un seau. 



une Litière appropriée et assure une bonne isolation contre le froid. La case 
doit être soigneusement nettoyée après le départ d'un veau et doit être 
laissée vide pendant une courte période avant l'introduction d'un nouveau 
sujet. 



Méthodes d'alimentation 

L'éleveur doit choisir une méthode d'alimentation en fonction des 
considerations financières, des aspects pratiques et du succès de la méthode. 
Il lui faut comparer les diverses méthodes d'alimentation des veaux et choisir 
celle qui est le mieux adaptée aux caractéristiques de sa ferme. 

V ache nourrice : C'est la méthode naturelle d'élevage des veaux. Il s'agit 
d'un système d'alimentation efficace qui engendre peu de problèmes. Les 
vaches nourrices du troupeau allaitent plusieurs veaux. Il faut également 
fournir aux veaux des aliments de démarrage et du foin. 

Entraînement du veau à boire : La meilleure façon de montrer à un veau à boire 
d'un seau est sans doute d'introduire les doigts dans la bouche du veau et de 
guider la tète de l'animal vers le seau de lait, puis de retirer graduellement 
les doigts. Certains veaux commencent à boire dès le première tentative alors 



- 9 - 



que d'autres ne réussissent qu'après plusieurs essais. La règle d'or est de 
ne pas perdre patience et de répéter le procédé autant de fois qu'il le faut. 

Seaux : Les seaux ouverts et les seaux munis d'une tétine sont tous deux 

satisfaisants, mais les premiers sont plus pratiques. En effet, les seaux à 

tétine sont plus difficiles à nettoyer, et les tétines se détachent souvent du 
seau ou encore se font grignoter par les veaux. 

De nombreux éleveurs expérimentés ne font que rincer les seaux lorsqu'ils 
passent d'un veau à l'autre. Cependant, ils nettoient soigneusement les seaux 
après chaque repas. Pour éviter la propagation des maladies, il faut nourrir 
d'abord les veaux en bonne santé, puis les veaux à rendement plus faible et, 
en dernier, les veaux malades (dans ce dernier cas, il faut se servir d'un 
seau différent pour chacun des veaux). Les nourrisseurs automatiques ne sont 
généralement pas utilisés sauf quand les veaux sont élevés en groupe ou quand 
il s'agit de veaux de boucherie. Cette méthode présente cependant certains 
inconvénients : l'équipement est coûteux, le risque de propagation des 
maladies est plus grand, et les animaux peuvent se têter et se blesser les uns 
les autres. 

Modalités de l'alimentation : Il est important de nourrir les animaux selon 
les mêmes modalités chaque jour. Le veau boira mieux et aura moins tendance à 
souffrir de troubles digestifs. Les aliments doivent être distribués vers la 
même heure chaque jour. Ils doivent être tièdes et à peu près de la même 
température d'un repas à l'autre. Les veaux de plus grande taille sont 
nourris deux fois par jour et les veaux plus faibles, trois fois par jour 
jusqu'à ce qu'ils boivent bien. Aux États-Unis, certains producteurs 
obtiennent de bons résultats en limitant les veaux à un seul repas par jour, 
c'est-à-dire en leur donnant la ration quotidienne totale en un seul repas. 
Cette méthode est généralement plus efficace si l'on utilise du lait ou des 
aliments d'allaitement de qualité supérieure. Elle permet généralement de 
sevrer les veaux un peu plus tôt, mais la diarrhée est alors plus fréquente. 
Une méthode de sevrage souvent utilisée consiste à donner des aliments lactés 
deux fois par jour pendant 2 à 4 semaines, puis une fois par jour pendant 
2 semaines, en fournissant en tout temps beaucoup d'eau fraîche et d'aliments 
de démarrage. 

Fonction digestive chez le veau : Pour nourrir le veau correctement, il est 
bon de savoir comment fonctionne son apareil digestif. A la naissance, comme 
chez tous les ruminants, l'estomac du veau est divisé en quatre compartiments, 
mais seul l'abomasum (dernier compartiment) est fonctionnel. Les liquides 
contournent les trois premières parties de l'estomac et se déversent 
directement dans l'abomasum par l'intermédiare de la gouttière oesophagienne. 
La gouttière se forme lorsque le veau tète des liquides. L'acte réflexe qui 
induit la formation de la gouttière faiblit à mesure que le veau vieillit. 

Au cours de premières semaines de vie, les éléments nutritifs des aliments 
lactés qui sont le mieux métabolisés sont les protéines du lait, les graisses 
animales (et quelques graisses végétales), les sucres - lactose et glucose, 
ainsi que tous les minéraux et les vitamines dont le veau a besoin. L'amidon 



- 10 - 



et les protéines végétales sont faiblement métabolisés. Les protéines du lait 
(caséines) offrent l'avantage de former un caillé dans l'abomasum. A mesure 
que le caillé est dégradé, les caséines sont libérées lentement dans 
l'intestin grêle (en même temps que les graises incorporées dans le caillé), 
où elles sont digérées à un rythme lent et efficace. Ce phénomène compense 
l'absence d'enzymes digestives dans le petit intestin, qui se maintient chez 
le veau pendant les quatre premières semaines. 

Il faut éviter de donner au veau de trop grandes quantités d'aliments. A 
noter cependant qu'une surconsommation de lait ou d'aliments d'allaitement de 
qualité supérieure est moins grave qu'une surconsommation de lactosérum ou 
d'aliments d'allaitement de qualité inférieure. Le lactosérum ne contient pas 
de caséines permettant la coagulation; par conséquent, la plus grande partie 
du lactosérum consommé quitte l'abomasum trop rapidement. Les protéines 
végétales contenues dans les aliments d'allaitement de qualité inférieure ne 
coagulent pas non plus et sont en outre partiellement indigestes. Une trop 
grande quantité de protéines non digérées dans la partie supérieure de 
l'intestin grêle peut provoquer des troubles digestifs, de la diarrhée et des 
réactions antigéniques, manifestations que l'on observe parfois après la 
consommation de lactosérum et d'aliments d'allaitement de qualité inférieure. 
Pour éviter ces problèmes, il faut offrir des quantités modérées de lait ou 
d'aliments d'allaitement de qualité supérieure pendant les 2 ou 3 premières 
semaines, au cours desquelles les troubles digestifs sont plus fréquents. 
Après 3 ou 4 semaines, le veau est en mesure de digérer des volumes plus 
importants d'aliments lactés et supporte mieux les aliments lactés de qualité 
inférieure. 

Lorsque le veau consomme une bonne quantité d'aliments de démarrage, la 
qualité des aliments d'allaitement devient moins importante. En effet, avec 
la consommation d'aliments solides, le rumen commence à fonctionner 
efficacement et les microorganismes transforment les éléments nutritifs en 
metabolites directement utilisables par l'organisme. 

Rationnement : Pour un veau de remplacement, un gain de poids journalier 
d'environ 0,5 à 0,7 kg, de la naissance au sevrage, est généralement considéré 
comme satisfaisant. La consommation d'aliments lactés et d'aliments de 
démarrage de bonne qualité produit facilement un tel taux de croissance. Pour 
un sevrage précoce, l'aliment de démarrage doit constituer la principale 
source d'éléments nutritifs pendant les deux dernières semaines avant le 
sevrage. 

À l'exception des cas de suralimentation ou de sous-alimentation extrêmes, 
le type de régime alimentaire fourni aux jeunes génisses ne semble pas 
affecter leur rendement à maturité. Il semble cependant qu'une 
sous-alimentation poussée pendant les premières semaines de vie peut avoir des 
conséquences défavorables et permanentes sur la croissance du veau. Par 
ailleurs, une suralimentation poussée peut provoquer des troubles digestifs et 
de la diarrhée. Pour éviter ces réactions défavorables, il faut pendant les 
premières semaines nourrir le veau avec des quantités modérées d'aliments de 
qualité supérieure. 



- 11 




Figure 6. Distribution de lait de remplacement par un nourrisseur automatique. 



Les rations augmentent avec la taille du veau. Une méthode efficace 
consiste à donner chaque jour une quantité d'aliments lactés équivalente à 
10 % du poids corporel. Il faut cependant diminuer sensiblement cette ration 
pendant les quatre premiers jours suivant la naissance, alors que le veau 
s'adapte à son nouveau régime alimentaire et à son nouvel environnement. Le 
tableau 1 présente quelques plans de rationnement qui ont permis d'obtenir des 
gains de poids modérés et le sevrage des veaux à l'âge de 4 à 6 semaines. 

Pour les éleveurs qui ne pèsent pas les veaux nouveau-nés, il existe une 
méthode simple qui permet de nourrir efficacement les veaux de l'âge de 
3 jours jusqu'au sevrage. Cette méthode consiste à fournir pendant la 
totalité des 6 semaines 2 repas de lait ou d'aliments d'allaitement par jour, 
à raison de 2 kg par repas si le climat est doux, et de 2,5 kg par repas si le 
climat est plus rigoureux. Des suppléments d'eau fraîche doivent être fournis 
aux veaux âgés d'environ 3 semaines et plus. Outre sa simplicité, cette 
méthode a l'avantage d'encourager la consommation précoce d'aliments de 
démarrage à mesure que les besoins nutritifs du veau augmentent. 



Aliments lactés 



Lai t entier : Quel que soit l'âge de sevrage, il est beaucoup plus coûteux de 
nourrir les veaux avec du lait entier qu'avec des aliments d'allaitement, et 
ce, même s'il s'agit d'un surplus de lait produit à la ferme. Si l'on dispose 
de lait écrémé, une solution plus économique consiste à servir du lait entier 
pendant les trois premières semaines, puis du lait écrémé jusqu'au sevrage, 



- 12 - 



TABLEAU 1. Ration quotidienne d'aliments lactés pour les veaux* 



Âge 



Lait entier 


Aliment d'allaitement^ 


(kg/ jour) 


(kg/ jour) 


3,5 - 4,0 


0,50 - 0,60 


4,0 - 5,0 


0,60 - 0,70 


4,5 - 5,5 


0,65 - 0,75 


4,5 


0,65 


4,5 


0,65 


4,5 


0,65 



4 à 7 jours 
2 e semaine 
3 e semaine 
4 e semaine* 
5 e semaine 
6 e semaine 



*Servir du colostrum pendant les trois premiers jours après la naissance. 
Les rations minimales sont prévues pour les veaux de plus petite taille 
et les rations maximales, pour les veaux de plus grande taille. 

+Mélange constitué d'une partie d'aliments d'allaitement pour 6 parties 
d'eau (en poids) . 

f Pour sevrer le veau, donner en un seul repas la moitié de la ration 
quotidienne d'aliments lactés et cesser complètement l'alimentation lactée 
lorsque le veau aura consommé 500 g d'aliments de démarrage par jour, 
pendent trois jours consécutifs. 



qui sera effectué assez rapidement. Il est nécessaire de passer 
progressivement du lait entier au lait écrémé, et de voir à ce que le veau 
consomme une bonne quantité d'aliments de démarrage lorsqu'il ne boit plus que 
du lait écrémé. Le lait écrémé étant pauvre en calories, il est préférable de 
ne pas recourir à cette solution quand la température de l'étable est basse. 

Si l'on n'utilise que du lait entier, il faut suivre le plan de 
rationnement proposé au tableau 1 et veiller à ce que le veau ait accès à de 
l'eau fraîche en tout temps. Lorsque le veau a atteint l'âge de 2 ou 3 
semaines, on peut lui servir du foin de qualité supérieure, d'abord 
modérément, puis en plus grande quantité à mesure qu'il y prend goût. 

Colostrum acidifié : La vache produit quatre à six fois plus de colostrum que 
peut en ingérer le veau pendant les 3 jours qui suivent sa naissance. Le 
surplus de colostrum peut être congelé ou laissé à la température ambiante 
jusqu'à ce qu'il se soit acidifié par fermentation. La congélation du 
colostrum dans des sacs est une bonne méthode de conservation, mais il faut 
alors disposer de congélateurs et laisser décongeler le colostrum avant de 
s'en servir. Au Canada, de nombreux producteurs laitiers choisissent plutôt 
de nourrir les veaux au colostrum acidifié. Pour la plupart d'entre eux, 
cette méthode a donné d'excellents résultats et a permis de réaliser de 
économies considérables. Pour obtenir du colostrum acidifié, combiner le 



- 13 - 



colostrum produit au cours de plusieurs traites et l'entreposer à la 
température ambiante. Grâce à un processus de fermentation naturelle, on 
obtient un produit très acceptable qui comble très bien les besoins nutritifs 
des veaux. Si la température est élevée ou que l'entreposage se prolonge, la 
putréfaction et la croissance de moisissures peuvent survenir. Une grande 
variété de préparations du commerce peuvent toutefois être ajoutées au 
colostrum pour favoriser la conservation et limiter la fermentaton. 

Pour obtenir du colostrum acidifié, conserver le colostrum produit par la 
vache au cours des six premières traites dans un contenant fermé, doublé d'un 
sac à ordures en plastique résistant. Le colostrum de plusieurs vaches peut 
être ajouté au contenant pendant une période de 5 à 6 jours; brasser 
complètement le mélange deux fois par jour. Ne pas exposer directement au 
soleil. Laisser le mélange s'acidifier pendant plusieurs jours à la 
température ambiante. Pour obtenir de meilleurs résultats, commencer à 
distribuer le colostrum acidifié 3 jours après la dernière addition de 
colostrum frais. Le colostrum acidifié ainsi obtenu peut être utilisé pendant 
quelques semaines. 

Lorsque l'alimentation au colostrum frais est interrompue, on peut d'abord 
servir le colostrum acidifié après dilution avec du lait frais dans une 
proportion de 1:1. Le veau s'adapte spontanément à cette modification de son 
régime alimentaire. Après quelques repas, offrir un mélange composé de 
3 parties de colostrum acidifié pour une partie d'eau tiède. Ce mélange a une 
teneur en solides semblable à celle du lait entier et peut par la suite être 
utilisé selon le même plan de rationnement. 

Aliments d'allaitement : On trouve sur le marché des aliments d'allaitement 
qui permettent d'obtenir un taux de croissance comparable à celui que produit 
le lait entier. Les aliments d'allaitement de qualité supérieure sont 
constitués principalement de produits laitiers en poudre (lait écrémé, 
babeurre et lactosérum), parfois additionnés d'une petite quantité de matière 
végétale. Les aliments d'allaitement à haute teneur en produits de céréales 
ne doivent pas être utilisés chez le veau jusqu'à ce qu'il soit âgé de 2 ou 3 
semaines parce qu'ils peuvent engendrer de graves troubles digestifs, de la 
diarrhée et un faible rendement. Des études récentes ont montré que les 
protéines de poisson partiellement digérées et certains produits de soja 
spécialement traités peuvent être métabolisés efficacement par le jeune veau. 

Les aliments d'allaitement de choix pour le veau nouveau-né sont les 
produits tout lait, de qualité supérieure. Les veaux étant sevrés dès l'âge 
de 4 à 6 semaines, l'utilisation d'aliments d'allaitement de moins bonne 
qualité ne permet pas de réaliser des économies importantes et peut même 
s'avérer très coûteuse si elle cause la perte de quelques animaux. 

La plupart des aliments d'allaitement du commerce ont une teneur en 
protéines de 20 à 24 %, une teneur en matières grasses de 3 à 20 %, et sont 
additionnés des vitamines et des minéraux essentiels à la croissance du veau. 
Pour obtenir une bonne croissance chez les veaux de remplacement, on 
recommande l'utilisation d'un aliment d'allaitement contenant environ 20 % de 
protéines et 15 à 20 % de matières grasses. 



14 




Figure 7. Le produit d'un élevage réussi. 



Le plan de rationnement pour les aliments d'allaitement est présenté au 
tableau 1. Habituellement, on mélange une partie de poudre pour 6 parties d'eau, 
mail il est recommandé de suivre le mode d'emploi proposé par le fabricant. 

Décornage 

Le décornage doit être effectué lorsque les veaux sont âgés de 2 à 4 semaines 
L'utilisation d'un décorneur électrique est la méthode la plus courante. Le 
coeur de la corne doit être échoppé délicatement dès que la couche extérieure a 
été brûlée. On peut également utiliser des préparations caustiques. Il faut 
alors couper les poils qui entourent le bourgeon de la corne et enduire la base 
de la corne de vaseline pour éviter les lésions de la peau autour de la corne. 



Ablation des trayons surnuméraires 



Les trayons surnuméraires sur le pis d'une génisse ne sont pas esthétiques et 
gênent souvent la traite. Idéalement, il faut procéder à l'ablation des trayons 
surnuméraires lorsque le veau est âgé de 4 à 6 semaines. 



- 15 - 

Tirer sur le trayon et le sectionner là où il se joint au pis, au moyen de 
ciseaux bien aiguisés et stérilisés. Désinfecter la plaie avec de l'iode. 
Lorsque 2 trayons sont reliés sur toute la longueur, il est préférable de demander 
l'aide d'un vétérinaire pour procéder à l'ablation du trayon surnuméraire. 

Identification 

Dès que possible, les veaux doivent être identifiés par des marques 
permanentes comme les étiquettes d'oreille ou les tatouages. Les photographies 
sont utilisées pour l'identification des animaux de race pure. La date de 
naissance ainsi que le père et la mère de l'animal doivent être enregistrés. Les 
étiquettes d'oreille à cran d'arrêt sont particulièrement satisfaisantes pour 
l'identification; utiliser un système de numérotation adapté aux besoins de 
l'exploitation. 

SEVRAGE 
Méthodes 

Depuis quelques années, on tend à sevrer plus tôt les veaux de 
remplacement. Bien qu'un bon nombre de producteurs sèvrent encore leurs veaux à 
6 semaines ou plus, le sevrage à l'âge de 4 ou 5 semaines devient plus courant, 
parce que le lait et les aliments d'allaitement coûtent plus cher et demandent 
plus de travail que la nourriture sèche que l'on donne après le sevrage. En 
outre, les troubles digestifs sont plus fréquents avant le sevrage. 

Il y a plusieurs façons de sevrer les veaux avec succès, mais pour 
réaliser un sevrage précoce, il faut à un certain moment réduire 
l'alimentation lactée et encourager la consommation de nourriture sèche. Les 
aliments de démarrage doivent être frais, nutritifs et palatables. 

Pour sevrer un veau correctement, il faut tenir compte de son âge, de son 
gain de poids et de sa consommation d'aliments de démarrage. Un bon nombre de 
veaux peuvent être sevrés à 3 ou 4 semaines, mais pour éviter tout problème, 
il vaut mieux attendre qu'ils aient atteint l'âge de 4 semaines avant de les 
sevrer. Il faut également qu'ils aient pris 10 kg ou plus depuis la 
naissance. Ces conditions remplies, l'animal peut être sevré brusquement 
lorsqu'il aura consommé au moins 500 g d'aliments de démarrage par jour 
pendant trois jours consécutifs, ce qu'on peut encourager en fournissant 
chaque jour une ration de démarrage fraîche et de bonne qualité à partir du 
4 e ou du 5 e jour et en limitant l'alimentation lactée à un repas par jour 
à partir du 21 e jour. En mélangeant une petite quantité d'aliments de 
démarrage dans le seau vers la fin du repas lacté, on peut aider le veau à 
s'habituer à consommer de la nourriture sèche. Certains producteurs ont 
constaté qu'après le sevrage, le passage d'une alimentation liquide à une 
alimentation solide peut être facilité si l'on répand un peu d'aliments 
d'allaitement en poudre sur la ration de démarrage de l'animal. 



- 16 - 



TABLEAU 2. Exemples de rations de démarrage pour les veaux 



Ingrédients 



Aliments de 
démarrage complet* 



Orge, aplatie ou grossièrement moulue 

Avoine, en flocons ou broyée 

Maïs, concassé ou grossièrement moulu 

Epi de maïs, moulu 

Son de blé 

Tourteau de soja (50 %) 

Farine de luzerne 

Mélasse 

Graisse animale stabilisée 

Phosphate dicalcique 

Sels d'oligo-éléments 

Vitamine A+ 

vitamine D+ 



- 


- 


50 


- 


28 


25 


20 


25 


40 


30 


- 


17 


- 


- 


- 


15 


- 


15 


- 


- 


20 


28 


18 


29 


5 


- 


5 


- 


5 


- 


5 


10 


- 


- 


- 


2 


1 


1 


1 


1 


1 


1 


1 


1 



--2200 Ul/kg dans toutes les rations- 
-- 330 Ul/kg dans toutes les rations- 



*Servi seul, sans fourrage grossier complémentaire. 
+Pour le sevrage à l'âge de 6 à 8 semaines. Augmenter ces quantités 
de 50 % pour le sevrage à l'âge de 3 à 5 semaines. 



Aliments de démarrage 

Il existe sur le marché plusieurs types d'aliments de démarrage appropriés 
pour l'élevage des veaux. La plupart des préparations du commerce sont 
constituées de mélanges simples de céréales, additionnés de protéines, de minéraux 
et de vitamines. Certains aliments de démarrage sont constitués d'un mélange 
complexe d'ingrédients incluant des grains de céréales, des sous-produits de 
meunerie, des aliments azotés d'origine végétale et animale, des minéraux, des 
vitamines et, parfois, des antibiotiques. Il est facile de préparer à la ferme de 
bons aliments de démarrage pour les veaux, mais pour obtenir de petites quantités 
d'aliments, il est habituellement plus pratique d'acheter des préparations du 
commerce, qui offrent l'avantage d'être variées, fraîches et agglomérées en 
granulés. 

Les veaux préfèrent les aliments de démarrage composés d'ingrédients grossiers 
ou en flocons. Les grains grossièrement concassés ou en flocons stimulent 
davantage la consommation précoce d'aliments de démarrage que les grains finement 
moulus, même si ces derniers sont agglomérés. En outre, les moutures fines 
entraînent une plus grande fréquence de troubles digestifs. L'addition de mélasse 
au mélange de démarrage le rend plus palatable et moins poussiéreux. 



- 17 - 

Comme sources d'énergie principales, l'avoine et l'orge sont les plus 
palatables. Pour ce qui est des sources de protéines, le veau semble préférer les 
tourteaux de soja aux tourteaux de lin, au lait en poudre et aux farines de 
poisson, de viande et d'os. 

Il est généralement recommandé de donner des aliments de démarrage 4 ou 5 
jours après la naissance, avec de l'eau à volonté, mais d'attendre 2 ou 3 
semaines avant de donner du foin et des fourrages grossiers. Après le sevrage, 
on continue généralement de fournir des aliments de démarrage, jusqu'à ce que la 
consommation atteigne environ 2 kg par jour. On passe ensuite aux aliments de 
croissance, dont on limite la ration quotidienne à environ 2 kg pour encourager 
la consommation de fourrages grossiers. 

Le tableau 2 présente quelques mélanges d'aliments de démarrage. 

MALADIES ET PARASITES COURANTS 
Diarrhées 

La diarrhée est l'une des maladies les plus courantes et les plus graves chez 
le jeune veau- Elle peut être d'origine nutritionnelle, bactérienne ou virale. 
La diarrhée nutritionnelle peut être causée par la suralimentation, par la 
distribution des repas à des heures irrégulières et par l'utilisation d'aliments 
de mauvaise qualité. Les infections bactériennes peuvent survenir si les veaux 
ont reçu une quantité insuffisante de colostrum, s'ils sont en contact avec des 
animaux nouvellement arrivés à la ferme, s'ils sont élevés en présence d'animaux 
plus âgés ou encore s'ils sont logés dans des conditions humides et non 
hygiéniques. Elles peuvent aussi être transmises par des seaux mal nettoyés ou 
par la personne chargée de nourrir les animaux. 

Pour traiter les cas de diarrhée légère, réduire de moitié la quantité 
d'aliments lactés pendant 2 ou 3 repas, tout en donnant de l'eau pour combattre 
la déshydratation. Si le veau ne réagit pas rapidement au traitement, il faut 
l'isoler dans un endroit chaud et confortable et poursuivre le traitement jusqu'à 
ce qu'il soit guéri. Dans les cas de diarrhée grave, remplacer un repas sur deux 
par une solution d' electrolytes et réduire de moitié la quantité 
d'aliments distribués pour les autres repas. Si la diarrhée persiste, que 
l'animal a une forte fièvre et un faible appétit, il faut consulter un 
vétérinaire. 

Coccidiose 

La coccidiose est une maladie des voies intestinales qui survient chez les 
veaux âgés de 1 à 9 mois. Elle provoque une diarrhée grave, caractérisée par la 
présence de sang et de mucus dans les selles. L'hémorragie peut affaiblir 
l'animal et parfois même, entraîner sa mort. Le diagnostic repose sur 
l'observation des symptômes et sur l'identification de l'agent infectieux dans le 



- 18 - 



fumier par des méthodes microscopiques. Le traitement consiste généralement 
à administrer des sulfamides. Pour prévenir la maladie, il faut nettoyer 
soigneusement les stalles et éviter la contamination des aliments et de l'eau, 
mais il est difficile d'empêcher la propagation de la maladie dans les lieux 
infectés. 

Pneumonie 

La pneumonie apparaît habituellement lorsque les veaux sont exposés à des 
courants d'air et à une baisse soudaine de la température, ou lorsque leur 
litière est mouillée. Elle peut se propager très rapidement chez tous les veaux 
du troupeau. Une ventilation insuffisante contribue à la propagation de la 
maladie. Les animaux affaiblis par une diarrhée grave contractent plus 
facilement la pneumonie. 

Les symptômes de la pneumonie sont le manque d'énergie, la toux, la perte 
d'appétit et la fièvre. Rapidement, la respiration devient plus difficile et la 
toux plus marquée. Dans certains cas, on pourra observer des sécrétions nasales 
épaisses. Il est important de consulter un vétérinaire dès l'apparition des 
symptômes de pneumonie. La maladie est habituellement traitée au moyen de 
sulfamides ou d'antibiotiques. 

Teigneannulaire 

La teigne annulaire est une maladie fongique caractérisée par des zones de 
dépilation circulaires où se forment ultérieurement des croûtes noires. 

Pour traiter la teigne annulaire, il faut décoller les croûtes en les 
frottant à l'aide d'une brosse à poils rudes et d'eau tiède et savonneuse. Il 
faut ensuite appliquer un médicament à base d'iode. Les stalles doivent être 
nettoyées soigneusement et désinfectées. Pour lutter efficacement contre la 
teigne annulaire, il faut en déceler les signes rapidement et traiter les animaux 
sans tarder. 

Endoparasites 

L' infestation par des endoparasites est rare chez les veaux préruminants, 
particulièrement s'ils sont logés dans des stalles individuelles. Elle apparaît 
plutôt lorsque les veaux sont élevés en groupe dans des loges trop petites ou 
lorsqu'ils sont logés dans des endroits récemment occupés par des animaux plus 
âgés. 

Les némathelminthes (vers ronds) peuvent infester l'estomac et le tractus 
intestinal des veaux lorsque ces derniers ingèrent des larves. On observe alors 
de l'anémie et un ralentissement de la croissance. 



19 



La présence de strongles dans la trachée et les poumons se manifeste par une 
respiration difficile, de la toux, la perte de l'appétit et une diarrhée 
intermittente. L' infestation apparaît habituellement lorsque les jeunes veaux 
sont élevés dans les lieux contaminés par des animaux plus âgés, qu'il s'agisse 
de pâturages ou de stalles. 

L' infestation par des endoparasites entraîne généralement des problèmes 
complexes. Si l'on soupçonne de telles infestations, il faut consulter un 
vétérinaire. 

Ectoparasites et organismes nuisibles 

Au Canada, les principaux ectoparasites et organismes nuisibles des bovins 
laitiers sont les poux, les acariens, les hypodermes et leurs larves, la mouche 
faciale et les diverses mouches qui colonisent les étables et les granges. La 
plupart des mouches se reproduisent dans le fumier humide et les résidus 
d'aliments. Pour prévenir 1' infestation, il faut donc éliminer régulièrement ces 
déchets et nettoyer soigneusement les stalles et les planchers. Les infestations 
de poux sont particulièrement fréquentes en hiver. 

Pour obtenir des renseignements précis sur la lutte contre les ectoparasites, 
s'adresser à un spécialiste de l'élevage ou à un vétérinaire local. 

PRODUCTION DE VEAUX DE BOUCHERIE 
Introduction 

Il existe essentiellement 3 types de viande de veau. Elles proviennent soit 
de veaux de lait (veaux blancs), de veaux naissants, qui sont abattus 
immédiatement après la naissance, ou de veaux lourds. L'alimentation des veaux 
varie en fonction du type de viande désirée. 

Les coûts de production du veau blanc de première qualité sont élevés à cause 
du matériel complexe utilisé pour le réglage précis des conditions 
environnementales et l'alimentation automatique. En comparaison, la production 
de veaux naissants est relativement économique, mais elle ne permet d'obtenir 
qu'un faible rapport viande/os à l'étape du conditionnement et ne constitue donc 
pas une exploitation judicieuse du bétail. L'élevage de veaux de grain semble 
être la solution indiquée pour la production d'une viande de bonne qualité à prix 
raisonnable. 

Quel que soit le type de viande produite, l'élevage des veaux est une 
activité hautement spécialisée. Il est donc plus prudent de commencer avec un 
petit troupeau et d'attendre d'avoir obtenu de bons résultats pendant plusieurs 
années avec un système de production particulier avant de passer à l'exploitation 
à grande échelle. 



- 20 - 

Veaux de lait 

La production de veaux de lait fait intervenir de nombreux facteurs 
interreliés qui influent à la fois sur le rendement des animaux et la rentabilité 
globale de l'exploitation. Sur le plan financier, il faut tenir compte du prix 
d'achat de l'animal, de la valeur des aliments et de la viande produite, de 
l'importance et de l'efficacité de la main-d'oeuvre et des sommes consacrées aux 
bâtiments d'élevage et au matériel d'alimentation. La conduite et l'alimentation 
du veau blanc est à la fois un art et une science. 

Pour obtenir une viande blanche de première qualité, il faut veiller à ce que 

le veau soit bien en chair, de conformation trapue, et à ce qu'il ait accumulé 

une mince couche de graisse sous-cutanée. Chez un veau bien engraissé, on 

observe une petite quantité de gras à la base de la queue, une couche de tissu 

adipeux autour des reins et du persillé entre les côtes. Pour être cotée de 

première qualité, la viande doit être blanche, ce qui signifie que l'animal doit 
recevoir une alimentation lactée à faible teneur en fer. Le poids de marché du 

veau de lait varie de 150 à 160 kg. 

Les veaux destinés à la production de viande blanche reçoivent uniquement une 
alimentation lactée, selon un plan de rationnement qui assure un gain de poids 
maximal jusqu'à l'abattage. On trouve sur le marché d'excellents aliments 
d'allaitement pour l'élevage des veaux de boucherie. Une conduite et une 
alimentation appropriées produisent des gains de poids de 1 kg/ jour ou plus, et 
un indice de consommation de 1,4 à 1,5 kg de matière sèche pour un gain de poids 
de 1 kg. À la fin de la période d'engraissement, il est courant d'observer des 
gains de poids de 1,4 kg/ jour. On commence habituellement par donner une 
quantité limitée d'aliments pendant 1 ou 2 semaines, pour passer ensuite à la 
ration maximale jusqu'à la fin de la période d'engraissement. Les aliments 
d'allaitement du commerce ont une teneur élevée en lait en poudre, et contiennent 
une quantité variable de lactosérum, de caséine ou d'autres produits laitiers, de 
graisses animales ou de mélanges de graisses animales et végétales, de sucres, de 
vitamines et de minéraux. Généralement, ils contiennent 15 à 25 % de graisses 
homogénéisées et 20 à 24 % de protéines. Pendant la période de finition, on 
utilise des aliments à plus forte teneur en matières grasses et à plus faible 
teneur en protéines. Le coût des aliments d'allaitement augmente avec la teneur 
en matières grasses. 

Les veaux mâles de race Holstein offrent l'un des meilleurs rendements. Le 
spécimen idéal pour l'élevage est un veau vigoureux, sain, de conformation trapue 
et pesant entre 40 et 50 kg. De préférence, il faut acheter des veaux qui ont 
reçu du colostrum. Cependant, la plupart des importants producteurs de veaux 
dépendent des ventes à l'encan pour se procurer un grand nombre d'animaux en peu 
de temps; l'origine diverse des veaux peut favoriser l'introduction des 
maladies. Les éleveurs doivent consulter un vétérinaire et des fabricants 
d'aliments pour mettre sur pied un programme de lutte contre les maladies. A 
tout le moins, avant d'acheter des animaux, il faut vérifier s'ils ont l'oeil vif 
et semblent en bonne santé. Les veaux d'une étable doivent être achetés en un 
seul lot de façon à pouvoir nettoyer et laisser reposer les lieux entre les 
cycles de production. 



- 21 - 



Pour obtenir un rendement maximum, il faut loger l'animal dans des lieux 
confortables où régnent de bonnes conditions. L'étable doit être munie d'un 
système de ventilation et de chauffage approprié. Au début de la période 
d'engraissement, la température ambitante doit être d'environ 20 °C; elle peut 
ensuite être abaissée graduellement jusqu'à 15 °C. Il faut également maintenir 
l'humidité relative entre 50 et 70 %, et s'assurer d'une bonne ventilation et de 
l'absence de courants d'air. Les stalles individuelles surélevées, munies d'un 
caillebotis, sont confortables et facilitent la distribution des aliments et le 
nettoyage. L'utilisation de stalles collectives peut aussi donner de bons 
résultats. 

De tous les aspects de l'élevage des veaux, l'alimentation est sans doute 
celui qui soulève les avis les plus partagés. Cependant, il est généralement 
admis que l'objectif premier des programmes d'alimentation consiste à traverser 
sans problème les deux ou trois premières semaines d'élevage, puis à nourrir les 
veaux à profusion jusqu'à l'abattage. Un bon nombre d'éleveurs donnent une 
quantité très restreinte d'aliments pendant la première ou les deux premières 
semaines, qui constituent la période critique de l'élevage. Bien que la 
consommation de quantités relativement importantes d'aliments de bonne qualité 
induise chez la plupart des veaux nouveau-nés un bon rendement, elle peut 
occasionner des problèmes chez certains sujets. Pour éviter la perte de jeunes 
veaux, les solutions extrêmes comme le jeûne et la suralimentation sont à 
éviter. Il faut plutôt distribuer des quantités modérées d'aliments pendant la 
première ou les deux premières semaines. 

La quantité d'aliments d'allaitement fournie aux veaux de boucherie dépend du 
poids de l'animal, de son appétit, du taux de croissance désiré et du poids visé 
à l'abattage. La quantité totale de matières solides de même que la quantité 
d'aliments d'allaitement distribuées sont augmentées graduellement pendant toute 
la durée du programme d'alimentation. Le tableau 3 présente un guide général 
d'alimentation. Il est important que les 2 repas de lait soient distribués aux 
mêmes heures chaque jour et qu'ils soient à peu près à la même température. La 
production du veau blanc réclame les mesures d'hygiène les plus strictes. 

Il existe une grande variété de dispositifs, depuis les dispositifs maison 
jusqu'aux appareils complexes du commerce, pour simplifier la distribution 
d'aliments liquides à un grand nombre de veaux. La quantité de liquide donnée à 
chaque veau est dans certains cas réglée selon le nombre de repas distribués et 
la ration individuelle. Certains appareils vaporisent automatiquement un 
désinfectant sur la tétine après chaque utilisation. 

En Grande-Bretagne, on a largement utilisé un système de pipelines pour la 
distribution du lait de remplacement refroidi. Le lait de remplacement utilisé 
est composé d'ingrédients incoagulables et le produit reconstitué est acidifié 
pour retarder la putréfaction. Les aliments liquides circulent dans des 
pipelines à partir d'un réservoir réfrigéré et les veaux ont accès au lait en 
tout temps. Avec ce système, les animaux boivent peu, mais plus souvent, car la 
consommation est limitée par l'acidité et la basse température des liquides. 
Grâce à ce système de pipelines, les animaux se nourrissent d'eux-mêmes, il n'est 
pas nécessaire de réchauffer les aliments et il est possible de préparer des 



- 22 - 



TABLEAU 3. Guide d'alimentation pour les veaux de lait (2 repas par jour) 



Age 



Aliments d'allaitement Eau 
(kg/repas) (kg/repas) 



Matières solides totales 
(%) 



4 à 7 jours 


0,15 


8 à 10 jours 


0,18 


11 à 12 jours 


0,22 


13 à 14 jours 


0,25 


15 à 16 jours 


0,27 


17 à 18 jours 


0,30 


19 à 20 jours 


0,35 


4 e semaine 


0,40 


5 e semaine 


0,50 


6 e semaine 


0,65 


7 e semaine 


0,85 


8 e semaine 


0,95 


9 e semaine 


1,10 


10 e semaine 


1,20 


1 I e à 15 e semaine 


1,30 



1,1 

1,3 
1,6 
1,8 
1,9 
2,1 
2,4 
2,6 
3,0 
3,8 
4,8 
5,3 
6,0 
6,2 
6,4 



12,0 
12,2 
12,1 
12,2 
12,4 
12,5 
12,7 
13,3 
14,3 
14,6 
15,0 
15,2 
15,5 
16,2 
16,9 



réserves importantes d'aliments 3 ou 4 jours à l'avance. Le système comporte 
cependant des inconvénients majeurs. En effet, les laits de remplacement 
peuvent se gâter en dépit de leur acidité élevée. Le réglage de la 
consommation individuelle, essentiel lorsque les veaux souffrent de diarrhée, 
est difficile, voire impossible, et l'infection peut se transmettre facilement 
d'un veau à l'autre. Par ailleurs, la sédimentation des particules en 
suspension dans les aliments liquides peut causer le blocage des pipelines. À 
cause des problèmes occasionnés par ce système d'alimentation, un bon nombre 
d'éleveurs britanniques sont revenus aux autres méthodes d'alimentation. 

Le choix d'un système d'alimentation pour les veaux de lait dépend des 
préférences personnelles, du coût des dispositifs d'alimentation, et de la 
disponibilité de la main-d'oeuvre et des moyens financiers. Quelle que soit 
la méthode utilisée, l'élevage du veau de lait exige une surveillance 
attentive de chacun des animaux ainsi qu'un respect constant des bonnes 
pratiques d'élevage. 



Veaux nourris aux aliments concentrés (veaux lourds) 

Au cours des 10 dernières années, la consommation de veau blanc par 
habitant a diminué régulièrement en raison du coût élevé de cette viande et de 
l'apparition sur le marché de viande de porc et de volaille de grande qualité, 
vendues à prix plus raisonnable. À l'heure actuelle de nombreux éleveurs sont 



23 - 



convaincus que l'alimentation au grain est la solution la plus économique pour 
l'élevage du veau et se sont lancés dans la production de veau lourd. De 
fait, l'alimentation au grain permet de produire facilement une viande de 
bonne qualité, accessible au consommateur moyen. 

Les veaux nouveau-nés destinés à devenir des veaux lourds reçoivent le 
même traitement que les veaux de remplacement quant au logement, à 
l'alimentation et à la conduite générale de l'élevage. Ils reçoivent des 
aliments d'allaitement jusqu'à l'âge de 4 ou 5 semaines et sont sevrés 
rapidement pour réduire le coût de l'alimentation. La production du veau 
lourd peut être plus rentable si l'on débute avec des veaux nouveau- nés plutôt 
qu'avec des veaux sevrés, mais la conduite des veaux nouveau-nés est plus 
délicate. 

L'un des nombreux plans de rationnement appliqués pour la production de 
veau lourd se déroule comme suit. Après le sevrage, les veaux reçoivent des 
aliments de démarrage et de l'eau à volonté pendant 2 semaines. Ils sont 
alors âgés de 7 ou 8 semaines et pèsent environ 70 kg. A la 9 e semaine, on 
sert a volonté une ration composée de 6 parties d'aliments de démarrage et de 
4 parties d'un mélange 3:1 de maïs et d'un supplément protéique aggloméré. Le 
supplément doit contenir environ 35 % de protéines, en plus des vitamines et 
des minéraux nécessaires à la croissance du veau. Pendant les 10 e et 11 e 
semaines, la proportion d'aliments de démarrage de la ration est abaissée 
respectivement à 30 % et 10 %. Pendant la 12 e semaine, le veau 
reçoit uniquement un mélange de maïs entier et de supplément préparé dans des 
proportions de 3:1; lorsqu'il atteint un poids vif de 120 kg, le mélange est 
préparé dans des proportions de 4:1. Enfin, lorsque le veau atteint 180 kg, 
on lui donne un mélange 5:1 de maïs et de supplément et ce, jusqu'à ce qu'il 
atteigne le poids de marché, soit environ 225 kg. Certains producteurs optent 
pour un plan de rationnement plus simple, qui consiste à servir un mélange 
3:1 de céréales et de supplément entre les 9 e et 14 e semaines, puis un 
mélange 4:1 jusqu'à la finition. 

Avec des veaux mâles de race Holstein pesant initialement 45 à 50 kg, le 
gain de poids moyen est de 1 kg/ jour ou plus, et l'indice de consommation 
varie de 3,5 à 4,0 (kg d'aliments pour un gain de poids de 1 kg). 

Une bonne ventilation de l'étable est essentielle pour éviter l'apparition 
de troubles respiratoires au cours de l'élevage de veaux lourds. La diarrhée 
peut affecter les jeunes veaux, mais elle est bien maîtrisée si l'on applique 
de bonnes pratiques d'hygiène et une conduite appropriée. 



,jjl B J?*pV iîimi IOTHI ,,,i 



AGRICIJI [IIRf CANADA OTTAWA K 1 A 

3 c i0?3 000STÔ43 S